PIQÛRES ou MORSURES D'ANIMAUX VENIMEUX

 

Authenticite 800 px4

Les serpents et les scorpions sont à l’origine de la plupart des piqûres venimeuses mortelles dans les pays tropicaux. D’autres animaux sur terre et dans la mer sont également venimeux : des araignées, des hyménoptères comme les guêpes ou les abeilles, mais aussi des poissons ou des mollusques.

Médecine Traditionnelle Ancestrale 2i

  • Les envenimations mortelles liées aux piqûres de scorpions sont constatées en milieu rural et urbain, sous des climats secs et chauds, mais aussi dans d’autres régions (forêts, etc.) des zones tropicales et intertropicales : Mexique, Afrique du Nord, Proche et Moyen-Orient, Amérique du Sud à l’est des Andes. Elles ont lieu surtout lors de la saison chaude.
  • Les araignées dangereuses, mygales, tarentules, araignées bananes, vivent en Australie et sur l’ensemble du continent Africain et américain, dans des régions chaudes. Néanmoins, on peut rencontrer des araignées venimeuses, du genre Latrodectus (la veuve noire), même dans les régions tempérées chaudes comme le bassin méditerranéen.

 

Les frelons, abeilles, guêpes et autres hyménoptères qui peuvent être à l’origine d’un choc anaphylactique, dès la première piqûre, ou d’un choc toxique lorsque les piqûres sont très nombreuses, sont cosmopolites.

Quels sont les animaux venimeux en mer ?

Vous pouvez aussi rencontrer des animaux venimeux si vous nagez, plongez dans les eaux tropicales, intertropicales ou tempérées chaudes, ou lorsque vous vous promenez en bord de mer. Attention, le risque d’envenimation persiste même lorsque les animaux venimeux sont morts.

 Le monde sous-marin est souvent méconnu : apprenez à le connaître et évitez de toucher ou approcher certains poissons ou coquillages. Respectez également les consignes de baignade.

 Il s’agit :

  • De poissons marins venimeux : raies, silures, vives, rascasses, poissons-pierres, dont l’envenimation peut être fatale, murènes, etc. Ils inoculent leur venin grâce à un dard, à des épines au niveau des nageoires dorsales ou en mordant.
  • De serpents marins.
  • De mollusques comme les pieuvres ou les cônes, coquillages prisés par les amateurs mais dont la piqûre peut être mortelle.
  • D’anémones de mer, de coraux de mer, de méduses (les plus dangereuses sont présentes en Australie), d’oursins, de concombres de mer. De simples filaments de méduses rompus sont susceptibles de transporter du venin.

 

Précautions à prendre pour éviter de se faire piquer sur terre 

  • Lors de vos randonnées portez des chaussures montantes, fermées et solides et des pantalons longs.
  • Evitez de marcher dans des endroits broussailleux, surtout la nuit, et préférez les sentiers dégagés. La nuit, éclairez-vous avec une lampe électrique.
  • Battez les hautes herbes si nécessaire et déplacez-vous lentement, en tapant le sol pour faire fuir les animaux.
  • Ne soulevez pas les pierres.
  • N’introduisez pas, à l’aveugle, vos mains dans un tas de pierres, une vieille souche ou sous un lit.
  • Portez des gants pour toute activité à risque.
  • A l'extérieur, évitez de dormir sur le sol.
  • Secouez vos sacs de couchage, draps, vêtements, chaussures, avant de dormir ou de vous habiller.
  • En cas de bivouac, protégez vos affaires personnelles dans des sacs ou des bidons hermétiques.

 

Précautions à prendre pour éviter de se faire piquer en mer

  • Portez des chaussures ou des bottes adaptées pour marcher dans le sable ou sur les fonds marins et des gants pour explorer les fonds marins ou manipuler les coquillages, les poissons, les pieuvres que vous récoltez ou péchez.
  • Remuez le sable avec un ustensile pour faire fuir les poissons enfouis.
  • N’introduisez pas vos mains, à l’aveugle, dans une crevasse rocheuse ou un récif corallien.
  • Renseignez-vous sur les espèces dangereuses, apprenez à les reconnaître et évitez de les toucher ou de les approcher.
  • Respectez les consignes de baignade.

 

Médecine Traditionnelle Ancestrale 2i

Conseils en cas de Piqure

Lavez la plaie à grande eau, désinfectez-la, retirez, si nécessaire, vos bijoux sur le membre atteint et immobilisez-le.

Vous pouvez éventuellement pratiquer un bandage légèrement serré, ne provoquant pas d’effet garrot, avec n’importe quel tissu pour éviter que la toxine ne se répande trop rapidement dans le corps.

 Evitez les gestes agressifs et inutiles comme une incision, une succion ou une compression locale. N’essayez pas de retirer vous-même les épines ou les dards, notamment avec une pince à épiler, vous risqueriez de percer la poche à venin. Maîtrisez votre angoisse, restez calme, l’agitation accélère la diffusion du venin, et attendez en position semi-assise.

En cas d’envenimation par un scorpion ou une araignée, vous pouvez appliquer une vessie de glace ou des compresses froides pour réduire la douleur.

En cas de contact avec une méduse ou un corail, vous pouvez appliquer du vinaigre ou du citron durant au moins 30 secondes, puis rincez la plaie avec de l’eau de mer. Cela est cependant déconseillé s’il s’agit d’une physalie.

Appelez les secours ou consultez très rapidement en présence de signes graves, notamment si vous ressentez des troubles comme une fièvre, des nausées, une douleur très vive ou si, ultérieurement, survient un gonflement, généralisé ou du membre atteint.

 

OURSIN

Oursin 1

Les piquants des oursins sont recouverts de vésicules venimeuses.
Celles des oursins vivant dans les mers chaudes peuvent provoquer une paralysie locale.

Signes 

Dès la piqûre :

* Brûlure violente

* œdème

* rougeur

Puis :

* adénopathie (ganglions)

Parfois :

* hémorragie aux points de piqûre

En cas d’envenimation :

* Malaise général

* douleurs musculaires

* nausées

* troubles du rythme cardiaque

* risque de paralysie de la langue et des lèvres

* convulsions

Que faire ? 

* Enlever les épines le plus rapidement possible

* appliquer une pommade anti-inflammatoire

En cas de signes d’envenimation, consulter un médecin

 

 

MEDUSES

 

Meduses 1

Les piqûres sont douloureuses, mais pas dangereuses.  Cependant Certains ont plus de risques de faire des complications : les personnes allergiques, celles qui ont déjà été piquées et dont les lésions étaient étendues, les jeunes enfants et les personnes âgées.

Comment faire pour soulager rapidement une morsure de méduses ?

Quelques conseils utiles

Première chose à faire : rincer à l’eau de mer, et non pas à l’eau de source qui pourrait favoriser l’effet du venin et multiplier les symptômes urticants. Même si l’on n’en a pas forcément envie : retourner dans l’eau et frotter doucement la morsure afin d’enlever les filaments déposés autour de la morsure.

Autre alternative pour nettoyer la morsure : le bicarbonate mélangé au vinaigre blanc. Le mélange est particulièrement efficace et apaise fortement la douleur. Ayez le réflexe d’emporter avec vous un petit flacon de vinaigre blanc dans lequel vous aurez préalablement mélangé 2 ou 3 cuillerées à café de bicarbonate (proportions pour un grand verre ou un bol)

Deuxième réflexe, frotter doucement la morsure avec un peu de sable fin pour la débarrasser définitivement des filaments déposés par la méduse. Ensuite, recouvrir la morsure de sable, et laisser sécher, la douleur va se calmer peu à peu. Rincer de nouveau à l’eau de mer.

Médecine Traditionnelle Ancestrale 2i

En cas de cloque provoquée par la brûlure, appliquer un corps gras comme de la Biafine ou de la vaseline pour hydrater la peau et favoriser la cicatrisation.

Authenticite 800 px4

 

CONES DE MER

 

Cones2

 

Les coquilles de ce mollusque sont souvent très belles et attirent l’homme qui y voit un souvenir esthétique de ses vacances ou de son expatriation, un ornement spectaculaire. Parmi les 626 espèces vivantes, plusieurs sont dangereuses pour l’homme, voire mortelles.

Les cônes vivent en eau profonde comme en eau peu profonde, sur le sable, étroitement associés aux récifs coralliens. Ils sont donc parfois accessibles au ramassage par des promeneurs de plage et les simples baigneurs bien souvent peu informés de leur danger potentiel.

Le cône de mer un gastéropode, un escargot marin à coquille conique et allongée d’ouverture longue mais étroite.
Prédateur carnivore possédant un appareil venimeux : glande sécrétrice d’une neurotoxine reliée à une dent radiculaire en forme de harpon.
Le venin est un mélange complexe de protéines toxiques très stables particulièrement actif sur les vertébrés : il contient principalement, diversement associées, des toxines bloquant la transmission synaptique à la manière des curares, bloquant les canaux calciques, la pompe à sodium.
Plus le mollusque est de grande taille, plus il est dangereux. Les décès humains rapportés son essentiellement liés à Conus. Geographicus de plus de 10-15 cm de longueur.

 

Symptômes en cas de piqures

Immédiate et intense douleur locale ; réaction inflammatoire minime voire nulle.
20 à 30 minutes plus tard, sensation d’engourdissement local, puis locorégionale, puis général. Et apparition d’une paralysie musculaire qui peut devenir complète, avec diplopie, troubles de l’élocution, coma et décès par paralysie respiratoire. Ces troubles graves peuvent survenir de 40 minutes à 5 heures après la piqûre.

 

TRAITEMENT

Devant toute piqûre de cône, un recours médical en urgence doit être recherché, de façon à assurer une assistance vésicatoire. Il n’existe aucun antisérum. Corticoïdes, antihistaminiques sont sans effet sur le pronostic vital et ne doivent être utilisés qu’en cas de manifestations allergiques associées. Pas d’incision, d’excision, de pose de garrot. Conserver le cône pour identification, mais avec de très grandes précautions : il peut repiquer à tout moment.

 

                                                                                                      Médecine Traditionnelle Ancestrale 2i

 

 

ABEILLES   et    GUEPES

 

                                                           Abeille1              Guepe2 1

 

Une piqûre d’abeille ou de guêpe peut entraîner des démangeaisons et une gêne plus ou moins importante selon les individus, allant jusqu’à de graves risques de réactions allergiques. Dans ce cas, il est indispensable d’avoir avec vous une trousse d’urgence pour piqûres d’insectes.

Pour soigner ce type de piqûres, retirez immédiatement l’aiguillon (si présent) en grattant avec votre ongle ou la lame d’un couteau. Attention à ne pas l’écraser, cela pourrait diffuser le venin dans la blessure. Laver la zone de la piqûre permet de réduire le risque d’infection.

Il est également possible de soulager la piqûre grâce à divers produits :

 

Remèdes de grand-mère en cas de piqûre de guêpe ou d’abeilles

Frotter ou masser l'endroit de la piqûre avec :

* un morceau d'ail, d'oignon ou de tranche de citron ;

* du vinaigre de vin ou de cidre ;

* du miel ;

* de l'huile d'olive ;

* à défaut d'autre chose, de l'urine.

 

Traitement par la Médecine Traditionnelle

Laver la zone piquée avec une décoction de 15 minutes de 2 poignées de feuilles de Cassia sieberiana  pour 1 litre d’eau (attendez que la décoction soit tiède)

 

 

RAIES  

 

Raie1 1

                                                                                                                                  

 

LES RAIES SONT DES POISSONS PLATS, COUSINS DES REQUINS. LES PLUS DANGEREUSES SONT LES RAIES ARMEES. ON LES TROUVE DANS LES MERS TROPICALES ET TEMPEREES. ELLES PORTENT SUR LEUR QUEUE UN AIGUILLON DENTELE QUI PEUT MESURER JUSQU’ A 30 CENTIMETRES.

Le dard effilé avec ses denticules rentre dans la peau comme un couteau dans du beurre en occasionnant une vilaine plaie. Le venin est alors injecté et entraîne une douleur très vive d’emblée et allant crescendo pendant les deux heures qui suivent.

Les piqûres peuvent être mortelles si l’aiguillon barbelé transperce le thorax l’abdomen ou un vaisseau sanguin.

Les raies sont souvent enfouies dans le sable et on peut se faire piquer en marchant dessus : certains recommandent de marcher en laissant traîner les pieds pour éviter de les piétiner. 

– Ne retirez pas l’aiguillon de raie s’il est profondément enchâssé car il peut faire encore plus de dégâts quand on le retire. Son ablation peut nécessiter une chirurgie.

– Le venin des raies armées est thermolabile : il est inactivé par la chaleur, à partir d’une certaine température. Vous pouvez donc immerger la zone atteinte dans de l’eau chaude pendant au moins trente minutes. Testez au préalable la température de l’eau pour ne pas entraîner de brûlure de la peau : elle doit être inférieure à 50°C. On peut aussi approcher l’extrémité d’une cigarette incandescente de la plaie en faisant des va-et-vient jusqu’à quelques millimètres de la peau mais surtout sans toucher pour éviter là aussi les brûlures.

– Les plaies ont des bords déchiquetés et sont très inflammatoires. Elles peuvent nécroser et ont tendance à s’infecter : désinfectez correctement la plaie. Consultez un médecin qui vous expliquera les soins locaux et la surveillance de la plaie et pourra prescrire un antibiotique.

– La douleur est maximale 30 à 120 minutes après la piqûre. Pour calmer la douleur, on peut avoir recours à de puissants médicaments contre la douleur ou à une anesthésie locale.

– La douleur et le venin peuvent entraîner des malaises allant jusqu’à la perte de connaissance.

Authenticite 800 px4

Traitement par la Médecine Traditionnelle

Faire une décoction de la plante entière d’Hygrophila auriculata  pendant 15 minutes.  Une fois hors du feu, tremper un linge propre dans la décoction et faire un pansement chaud au niveau de la piqure. Renouveler le pansement a chaque fois qu’il s’est refroidi pendant au moins 1 heure

Si la plaie est assez importante et enfle :

Presser le jus de fruit de Balanites aegyptiaca ou faire une décoction concentrée des fruits et frotter la partie enflammée pour calmer la douleur.

Puis appliquer une pate de gousse d’acacia nilotica, puis panser. Changer le pansement 2 fois par jour (matin et soir)

 

Vous pouvez aussi Contuser des feuilles fraîches de Piliostigma reticulatum et appliquer directement sur la partie enflammée

 

Boire tous les matins à jeun, un demi –verre de la macération de poudre de gousse d’acacia nilotica  durant 1 semaine

 

 

ARAIGNEES  

 

Araingee tableau 2

Il y a deux types d’araignées, celles qui sont inoffensives (qui représentent la part la plus grande) et  les venimeuses

Les araignées que l’on peut croiser « au quotidien » (dans le jardin, le grenier, la cave…) sont généralement inoffensives même si elles peuvent nous piquer. Seule danger : une réaction inflammatoire. Il suffit donc de bien désinfecter.

Par contre, attention aux veuves noires : des petites araignées noires à tâches rouges. Venimeuses et neurotoxiques, leur piqûre est très dangereuse et engendre une douleur intense au bout de 30 minutes en général, ainsi que des douleurs abdominales, des nausées, de la fièvre, des frissons.  Il existe un sérum anti-venin.

 

En cas de piqûre d’araignée

- D’abord, on lave la plaie avec de l’eau et du savon.
- Ensuite, on désinfecte la zone piquée avec un antiseptique à la Chlorhexidine.

- Puis on applique une compresse fraîche ou une poche de froid  ou un mélange frais de boue et de cendres. Cela apaisera la douleur et réduira le gonflement (garder la zone piquée en hauteur permet également de réduire l’inflammation).
- On pense également à vérifier si le vaccin antitétanique de la victime est à jour

-Vous pouvez utiliser une des méthodes suivantes pour soulager la démangeaison :

-Frottez la zone piquée avec de l’ail écrasé ou une tranche d’oignon.

-Placez une tranche de papaye sur la piqûre et maintenez-la dessus pendant une heure.

-Frottez doucement une peau de banane sur la piqûre pour un soulagement

-Si vous avez du vinaigre de cidre de pomme, versez-en sur la piqûre pour un soulagement rapide.

-Appliquez une poche de thé chaude (et non bouillante) directement sur la piqûre d'araignée. Un soulagement rapide et efficace!

-Faites une pâte avec un peu de bicarbonate de soude et un peu d'eau et appliquez-la sur la piqûre pour calmer l'inconfort.

-Déposez une rondelle de citron sur la piqûre pour dire au revoir aux démangeaisons.

-Écrasez un oignon et appliquez-en sur la piqûre. Vous devriez vite ressentir un bien fait!

-Faites une sorte de purée avec de l'ail et appliquez le mélange sur la zone piquée.

-Appliquez un peu de savon de Marseille mélangé avec de l'eau sur la piqûre d'araignée. Laissez un peu agir et rincez.

 

Il est important de ne pas gratter une piqûre d'araignée pour éviter des démangeaisons encore plus importantes.

 

Procédé à suivre pour ralentir la propagation du venin :

01_Soignez la piqûre à l’eau savonneuse
02_Appliquez des compresses froides ou un mélange boue/cendre, pansez la piqûre
03_Si la piqûre se trouve sur un bras ou une jambe: élevez le membre touché et faites un bandage serré au-dessus de la morsure. Attention à ne pas couper la circulation du sang
04_Soignez l’état de choc et ne favoriser pas la diffusion du venin en vous agitant

 

MYGALES : 

Mygale1

 

Grosses araignées qui se trouvent généralement sous les tropiques. La plupart sont inoffensives, du moins elles n’inoculent pas de venin. Une piqûre de mygale venimeuse s’accompagne de douleur et d’une hémorragie (oui, leurs crochets sont GRANDS). Il y a aussi un risque d’infection.

Pour soigner une piqûre de mygale, prévenez les risques d’infection en lavant la plaie et en la pansant. Si des symptômes d’empoisonnement surviennent, ralentissez la propagation du venin en procédant comme indiqué ci-dessus.

Authenticite 800 px4

Traitement par la Médecine Traditionnelle

Piqûre d’araignée

A / Bruler des feuilles sèches de Cordia africana et mélanger les cendres obtenu a du beurre de Karité, et appliquer

 

B / Mélanger de la poudre de feuilles d’Indigofera  arrecta en poudre avec du beurre de karité

 

C / Mettez quelques gouttes de jus de feuilles de Piliostigma thonningii sur la piqure puis du beurre de Karité en application locale durant 5 jours

 

Piqûre Veuve noire

Veuve noire 2

 

A / Mastiquer les racines d’Euclea racemosa et avaler le liquide 

 

B / Appliquez sur la piqure (ou morsure) du latex d’Euphorbia balsamifera

 

Médecine Traditionnelle Ancestrale 2i

 

SCORPIONS

 

 Scorpion 1                                                                                                                               

 

Première chose à savoir, tous les scorpions sont venimeux à divers degrés.

Il y a deux réactions possibles. D’abord, une réaction locale accompagnée de douleur, d’une enflure, de picotements autour de la bouche. Ensuite, une réaction systémique (difficultés respiratoires, spasmes, salivation, vision double, cécité, insuffisance cardiaque…) potentiellement accompagnée d’une réaction locale.

Les piqûres de scorpions n’entraînent que rarement la mort, notamment chez les adultes. Pour diminuer les effets d’une piqûre, référez vous aux techniques utilisées pour la Veuve Noire (laver, panser, réduire la diffusion du venin).

 

Traitement par la Médecine Traditionnelle

 

A / Ecrasez des graines d’Acacia albida  puis appliquez en cataplasme sur la piqure

 

B / mastiquez des feuilles fraiches d’Acanthospermum hispidum, et avaler la salive

 

C / Pilez des graines d’Aframomum melegueta  puis le mélanger au latex d’Euphorbia hirta, et  appliquer localement sur la piqure.

 

D / massez la zone piquée avec le bulbe  d’Allium sativum  frais 

 

E / Réduire en pâte des graines d’Arrachis hypogaea, et appliquer localement

 

F /Pilez des tiges feuillées de Cymbopogon schoenanthus et d’Euphorbia hirta fraiches, et appliquer la pâte obtenue sur la piqure.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Anti-spam