L'EPILEPSIE

 

DÉFINITION

C'est une hyperactivité électrique anormale et transitoire d'un foyer de cellules cérébrales. Ces décharges brutales touchent les cellules nerveuses du cortex cérébral. On donne encore au nom de crise comitiale pour parler d'une crise d'épilepsie.

La plupart des crises n'ont pas de raisons véritables. On dit qu'elles sont d'origine idiopathique.

Les autres sont dites secondaires car elles ont une cause. Celles-ci sont assez rares : intoxication médicamenteuse ou chimique, tumeur cérébrale à évolution lente, infection cérébrale (encéphalite) ou problème métabolique (hypoglycémie due à une affection endocrinienne).

CE QUI CARACTÉRISE LA CRISE D’ÉPILEPSIE

C'est, après une perte de connaissance brutale avec chute, la succession de 3 phases caractéristiques :

  • La phase tonique qui dure une à deux minutes (contraction intense de tout le corps).
  • La phase clonique d'une dizaine de minutes (convulsions généralisées) durant laquelle la personne se mord souvent fortement la langue.
  • Et la phase résolutive d'une dizaine de minutes (patient calme avec une respiration très bruyante dite stertoreuse). La personne perd souvent ses urines.

Ces 3 phases sont toujours suivies d'une amnésie complète (amnésie postcritique). Le patient ne se souvient de rien en se réveillant doucement.

CE QUI SE PASSE LE PLUS SOUVENT

  • La crise, qui se déroule devant vous pour la première fois : elle est impressionnante, brutale et prolongée.
  • La personne vous a dit qu'elle allait faire une crise et vous y assistez sans en avoir jamais vu.
  • La personne s'est blessée en tombant ou s'est très fortement mordu la langue.
  • Vous avez tenté à tort de l'empêcher de se mordre la langue en mettant vos doigts dans sa bouche.

 

CE QU’IL FAUT FAIRE EN ATTENDANT LE MÉDECIN

  • Si vous savez que le malade est épileptique et qu'il possède des médicaments, faites les lui prendre au moment où il vous a dit qu'il sentait venir la crise. Une fois la crise en route, on ne peut pas l'arrêter.
  • Surtout ne pas tenter de mettre vos doigts dans sa bouche au cours de la crise.
  • Si vous avez une grande expérience de ce genre de crise, vous pouvez mettre dans sa bouche une cuiller à soupe que vous tiendrez. À éviter absolument si vous ne l'avez jamais fait.
  • Laissez le malade au sol et contentez-vous d'écarter tout objet sur lequel il pourrait se blesser.
  • Enfin, si le malade se réveille avant l'arrivée du médecin, rassurez-le avec des paroles douces en lui disant que tout va bien et qu'il a tout simplement fait une nouvelle crise.

 

LE SUIVIE

  • Lorsque le traitement est bien suivi, les choses se passent bien.
  • Si ce n'est pas le cas, les crises reviennent, avec un risque accru de faire un état de mal épileptique.
  • Tout comme pour l'asthme, il ne faut pas croire que l'épilepsie n'entraîne que des interdits dans beaucoup de domaine. On vit normalement lorsqu'on est épileptique. Seuls les sports à haut risques (aériens ou plongées profondes) sont interdits.

 

LE TRAITEMENT

Ce sont les antiépileptiques. Les familles sont nombreuses. Ce qui importe le plus, ce n'est pas la qualité du médicament en lui même, mais la façon dont on les prend :

  • Le traitement doit être commencé au plus tôt. Les dosages sanguins doivent être pratiqués régulièrement pour avoir une bonne efficacité.
  • Il ne faut jamais arrêter le traitement par soi-même, ce qui expose irrémédiablement à une nouvelle crise
  • Il ne faut pas y associer d'alcool, ni prendre n'importe quel médicament à coté.

 

 

Traitement par la Médecine Traditionnelle

A / Réduire en poudre fine des écorces situées à l’Est et à l’Ouest du tronc de l’arbre appelé  Mitragyna  Inermis.   Ajouter 1 cuillérée à soupe de la poudre dans une bouillie claire et consommer quotidiennement.         Mettre aussi 1 cuillérée à soupe  de la poudre dans l’eau de bain

     Mitragyna inermis khoss           Bouillie   

 

B  / Faire une décoction de 15 minutes avec une poignée d’écorces de balanites aegyptiaca et de racines de lawsonia inermis dans 1 litre d’eau.  Boire une demi-tasse à café après les repas

    Balanite1         Lawsonia inermis 1        

 

C / Capturer un lièvre. Enlever sa salive qu’on introduit dans la bouche du malade, puis le laisser partir vivant. Le malade est guérit pour toute la vie

Lievre

 

EPILEPSIE  ENFANT 3  à 10 ANS

Faire  macérer 3 attaches d’écorces d’andosonia digitata  (baobab)  dans 3 litres d’eau pendant une nuit: puis prendre un bain avec la macération le matin.   À faire pendant une semaine.

Faites lui porter également comme talisman, un petit bout de peau de lion.   Ou mettez la peau de lion sous son matelas ou oreiller

     Baobab feuille           Peau de lion

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire